L’objet du séminaire

Il est courant de considérer que la physique d’Aristote a formé un paradigme pour les philosophies et les sciences tardo-antiques et médiévales, de langues grecque, syriaque, arabe ou latine. Pourtant, parler, dès l’Antiquité hellénistique et post-hellénistique, de paradigme pour la physique aristotélicienne et la représentation de la nature qu’elle véhicule, ne va pas de soi. La tradition aristotélicienne a moins marqué la culture de son temps, notamment si l’on compare avec l’empreinte du stoïcisme sur la culture romaine. Certains auteurs ont ainsi mis en regard la postérité considérable d’Aristote au Moyen-Âge et après, avec son « succès mitigé » dans l’Antiquité (Falcon 2018). Il paraît du reste difficile de parler d’un paradigme, quand cette doctrine, au sein même du courant péripatéticien antique, a été sujette à tant de critiques et de révisions substantielles – qu’il s’agisse du nombre de sphères célestes et de leur mouvement, de l’existence d’une providence, de la formation de l’embryon et de la nature de l’âme, ou du fonctionnement de la vision.

D’après la première hypothèse du projet, c’est parce que des philosophes et des scientifiques, au sein de l’école péripatéticienne, ont cultivé, renouvelé, critiqué et, ainsi, transmis la pensée du Stagirite que le « paradigme » aristotélicien a pu ensuite connaître la fortune qu’on a dite. C’est donc en prenant en compte l’œuvre des péripatéticiens qu’on peut desserrer la contradiction apparente entre le « succès mitigé » de la physique aristotélicienne dans l’Antiquité hellénistique et post-hellénistique, et son succès tardo-antique et médiéval. Pour rendre raison de ce succès, il faut tenir compte de la maturation péripatéticienne de la physique, et non pas seulement son acte de naissance aristotélicien.

Pour vérifier cette hypothèse, il convient d’établir un corpus qui témoigne significativement de la physique des Péripatéticiens sur toute la durée de l’école, de Théophraste à Alexandre. Cet axe est prioritairement dévolu à la récolte de données. Une attention spéciale sera portée aux écarts avec la doctrine aristotélicienne, d’une part, et aux accords et désaccords entre péripatéticiens, d’autre part. Sont ici visés deux livrables :

1a) Le premier recueil de témoignages et de textes sur la physique péripatéticienne, dans une Anthologie de brefs textes traduits, enrichie d’introductions substantielles et d’indexes, à destination d’un public plus large (étudiants avancés, spécialistes de physique médiévale et moderne, d’histoire de la nature, etc.). L’organisation de l’ouvrage sera chrono-thématique, calquée sur le programme qu’Aristote confère à la science physique en Météorologiques I.1. Outre les deux grands termini a quo et ad quem, Théophraste et Alexandre, une place sera faite aux auteurs moins connus : Straton de Lampsaque, Xénarque de Séleucie, Adraste d’Aphrodise, etc.

1b) Cette anthologie s’adossera à un Companion website « Peripatos », contenant, outre les textes originaux de l’anthologie et leur traduction, une sélection plus riche en langue originale. Ces textes seront interrogeables grâce à un encodage XML-TEI. L’objectif est, selon les principes de la Science ouverte, de mettre largement à disposition les données recueillies au cours du projet, à travers un site web construit selon les principes FAIR.

Le séminaire du projet a donc pour vocation de rassembler les textes et témoignages sur la physique péripatéticienne, de Théophraste à Alexandre, afin de dresser un panorama exhaustif de l’activité de l’école en ce domaine.

Les séances du séminaire travailleront à la collecte des textes et à la traduction collaborative des passages les plus pertinents. Pour ne pas biaiser a priori les résultats, le programme en est chronologique. Chaque séance présente les apports d’un péripatéticien en physique.

Le séminaire est subdivisé en deux cycles : corpus hellénistique (2021-2022) et corpus post-hellénistique (2023-2024).


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 10/05/2021

    […] (Pour plus de détails sur le séminaire, voir https://peripatos.hypotheses.org/246) […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search