Rentrée 2022

À un an et demi du lancement du séminaire « Peripatos », où en sommes-nous ? Le travail entamé en avril 2021 sur la physique de Théophraste s’approche de la fin. Les séances mensuelles se sont déroulées en visio-conférence tout au long de cette période à l’exception de la dernière avant l’été, qui a eu lieu le 1er juin à l’Université Sorbonne. Le travail de l’équipe a été divisé en deux phases. Dans un premier temps (d’avril 2021 à mars 2022), nous avons établi une première liste des textes de Théophraste qui seront inclus dans l’anthologie finale du projet. Puis, à partir d’avril dernier, le séminaire a été consacré exclusivement à la traduction collective de ce premier corpus de textes.

Le processus de sélection a suivi principalement un critère d’originalité par rapport aux doctrines aristotéliciennes, en portant en même temps une attention particulière aux textes qui présentent, de façon explicite ou implicite, un intérêt méthodologique. Ont fait l’objet de sélection les fragments FHSG concernant la physique, la psychologie, la physiologie humaine et les animaux ainsi que les traités De signis, De ventis, De lapidibus, De igne, De sudoribus, De vertigine et De lassitudine. Nous avons retenu une centaine de textes (68 fragments et 42 extraits), une moitié desquels ont ensuite été répartis parmi les membres de l’équipe. Chacun.e en a proposé une traduction que nous avons discutée et révisée pendant les séances du séminaire. Nous avons ainsi élaboré une première traduction collective des fragments sur la physique et la psychologie. À partir du 23 septembre, nous avons donc repris le travail de traduction avant de terminer la sélection des textes de Théophraste avec l’ajout des fragments FHSG sur la botanique.

La richesse des ressources concernant l’étude théophrastéenne de la nature nous a donné un aperçu des intérêts auxquels elle répond et des démarches scientifiques qu’elle adopte. On voit, par exemple, Théophraste distinguer la notion d’acte de celle, plus étroite, de mouvement (152 FHSG), s’interroger sur le passage de l’obscurité à la lumière, qui semble ne pas avoir lieu dans le temps (155B), préciser trois types de génération, par le semblable (l’homme par l’homme), par le contraire (le feu vers l’air, par l’effet du froid) et par entéléchie (ce qui est engendré par le soleil) (176), corriger Aristote sur le mouvement oblique des vents (186B) et réfléchir à la composition des organes sensoriels (282). Nous aurons l’occasion d’approfondir ces aspects lors d’une conférence internationale, à Lyon, les 18 et 19 novembre prochains. Plus d’informations à suivre !



Citer ce billet
Alessio Santoro (2022, 11 octobre). Rentrée 2022. PERIPATOS. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sszu

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 17/10/2022

    […] Lire la suite sur le carnet Peripatos. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search