Le Projet en bref

Le Projet « Les Quaestiones d’Alexandre d’Aphrodise et la physique PÉRIPATéticienne » est un projet ANR Jeune Chercheur, porté par Gweltaz Guyomarc’h (Université Jean-Moulin Lyon 3).

Le projet durera 48 mois, de Janvier 2021 à Décembre 2024.

Combinant histoire de la philosophie, histoire des sciences et philologie, ce projet porte sur la physique péripatéticienne dans l’Antiquité et les Quaestiones d’Alexandre d’Aphrodise dans leur contexte scolaire.

« Peripatos » entend couvrir toute la durée de l’école péripatéticienne, depuis le premier successeur d’Aristote à la tête du Lycée, Théophraste (IVe – IIIe s. av. notre ère), jusqu’à Alexandre d’Aphrodise, titulaire de la chaire de philosophie péripatéticienne à Athènes, aux tournants des IIe et IIIe s. de notre ère. (Pour une rapide présentation du corpus, c’est ici.)

« Peripatos » repose sur 3 hypothèses corrélées :

Le projet tire son origine de l’idée courante selon laquelle la représentation aristotélicienne de la nature serait devenue un “paradigme” pour l’Antiquité tardive et le Moyen Âge, jusqu’à la révolution scientifique de la Modernité. Le projet entend examiner ce lieu commun, en se concentrant sur la réception péripatéticienne du projet aristotélicien d’une science de la nature. Il s’agira à la fois de rendre raison et de réviser ce lieu commun.

Pour rendre raison du succès du « paradigme » aristotélicien, la première hypothèse du projet est qu’il faut tenir compte de la maturation péripatéticienne de la physique, et non pas seulement de son acte de naissance aristotélicien. C’est parce que des philosophes et des scientifiques, au sein de l’école péripatéticienne, ont cultivé, renouvelé, critiqué et, ainsi, transmis la pensée du Stagirite, que ce « paradigme » aristotélicien a pu connaître la fortune qu’on sait.

Cette hypothèse implique à son tour que l’autorité épistémique d’Aristote a été suffisamment plastique pour rendre possibles des innovations philosophiques et scientifiques. La deuxième hypothèse du projet est que la pratique scientifique des péripatéticiens, leurs méthodes et les normes auxquelles ils se soumettent au cœur de leur enquête (historia, zetesis), ont constitué des marques d’appartenance au péripatétisme, plus décisives que les thèses physiques elles-mêmes. Cette hypothèse, si elle est vérifiée, permettrait de résoudre le paradoxe apparent selon lequel le mouvement péripatéticien a aussi été le lieu d’intenses débats et de désaccords, y compris avec Aristote – qu’il s’agisse du nombre de sphères célestes et de leur mouvement, de l’existence d’une providence, de la formation de l’embryon ou de la nature de l’âme. L’innovation ne serait dès lors plus synonyme d’hétérodoxie. C’est pour faire droit à cette pluralité péripatéticienne que la notion trop homogène et unitaire de « paradigme » doit être révisée.

D’après la troisième hypothèse du projet, les Quaestiones d’Alexandre constituent un point d’aboutissement, parfois critique, des recherches antérieures, dans l’école péripatéticienne, en physique. Par la diversité de leurs thèmes (la cause première et la puissance divine, l’âme, le mouvement, le destin et la providence, ou encore la mer, etc.) et de leurs formes (batteries d’arguments, explications de textes, dialogues…), les Quaestiones ont l’intérêt de présenter une philosophie en train de se faire. Elles s’intègrent ainsi dans un projet qui porte sur la pratique de la physique.

Cette première étude d’ampleur sur la physique péripatéticienne s’articulera en trois tâches :

1) Produire le premier recueil de textes témoignant de la physique péripatéticienne, de Théophraste à Alexandre, dans une double publication, papier et numérique. Cette première tâche donnera lieu à un séminaire régulier.

2) Examiner les méthodes des enquêtes scientifiques des péripatéticiens en physique, en posant que l’autorité d’Aristote a été, pour les péripatéticiens, plus procédurale que substantielle. Cette deuxième tâche donnera lieu à un colloque international et à un volume d’Actes.

3) Proposer une nouvelle édition du texte grec et la première traduction française des Quaestiones d’Alexandre.

Le projet vise ainsi à renouveler notre corpus et à fournir de nouveaux outils d’analyse pour mieux comprendre ce champ du savoir d’une importance historique exceptionnelle, qu’a constitué la physique péripatéticienne, et la représentation globale de la nature qu’elle a construite.

Le projet « Peripatos » se propose ainsi de fournir une vue d’ensemble de l’évolution de la physique péripatéticienne, dans son rapport à l’autorité de son fondateur. En cernant comment s’est formé le prétendu « paradigme » de la physique aristotélicienne, il est à même d’intéresser les spécialistes du Moyen Âge et de la Modernité. En interrogeant l’unité de l’école péripatéticienne en physique, le projet permettra de mieux évaluer la position d’Alexandre dans le Peripatos. Plus largement, enfin, le projet entend contribuer à la mise au jour d’une représentation antique de la nature et, ce faisant, à une généalogie du naturalisme occidental.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Schma-Tches-1-scaled.jpg.

1 réponse

  1. 10/05/2021

    […] Pour une présentation synthétique du projet, voir https://peripatos.hypotheses.org/60 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search