Le Corpus en bref

Quelques péripatéticiens

L’état lacunaire des textes péripatéticiens qui nous ont été transmis rend difficile le travail de contextualisation des Quaestiones d’Alexandre. Nous avons un accès assez étendu aux œuvres de Théophraste et d’Alexandre. Mais, entre les deux, notre connaissance repose principalement sur des témoignages et des citations.

Cependant, la recherche de ces dernières décennies a mis à disposition des reconstitutions de corpus conséquentes (avec les travaux pionniers de Fortenbaugh, e.g. Bodnár et Fortenbaugh 2002) et des présentations diachroniques (Sharples 2010 ; Falcon 2016). Ce travail rend possible la présente enquête. Un certain nombre de textes ont été édités ou sont en passe de l’être, grâce, notamment, aux membres du consortium. En revanche, ces textes n’ont pas encore été confrontés entre eux de façon systématique.

Les Quaestiones d’Alexandre, texte central du projet, ne sont à l’heure actuelle accessibles qu’en traduction anglaise. La traduction de R.W. Sharples (1992-1994) est assurément magistrale. Mais c’est un euphémisme de dire qu’en 25 ans, les recherches sur Alexandre ont accompli suffisamment de progrès pour justifier une nouvelle traduction. Il en va a fortiori de même pour une nouvelle édition. Celle d’I. Bruns, dans les Commentaria in Aristotelem Graeca, date de 1892 ; elle ne présente aucun stemma codicum et ne recense pas la totalité des témoins du texte ; elle méconnaît sa tradition indirecte. Le projet entend aboutir à une nouvelle édition et la première traduction française, accompagnée d’une introduction historique et philologique et d’un commentaire, des Quaestiones d’Alexandre.

Le texte grec édité par I. Bruns (1892) repose principalement sur un manuscrit, : le Ven. Marc. Gr. 258 (IXe s.). Les Quaestiones s’y trouvent aux ff. 37r-69r, 261r-324r. Le manuscrit appartient à la « Collection philosophique ». Rapporté par G. de Moerbeke, il a été copié à Constantinople à partir d’un exemplaire en onciales. Il contient la plus grande partie des « petits écrits » d’Alexandre et a déjà été bien travaillé, notamment pour l’édition du De fato par P. Thillet.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search